EcoInventos

Browsing

Nous ne pouvons pas avancer d’un pas ferme vers un mode de vie durable sans prêter attention à nos pieds. On a beau miser sur les énergies propres, la mobilité non polluante ou le recyclage , le chemin vers une société qui prend soin de son environnement ne sera pas pris si nous ne prêtons pas attention à quelque chose d’aussi simple, mais avec autant d’impact, comme la paire de chaussures que nous portons.

Qu’est-ce qui les rend déterminantes ? Pourquoi devriez-vous acheter des chaussures écologiques ? Voici quelques pistes.

 

La fabrication des chaussures : un coup de massue pour l’environnement.

Avec plus de 20 000 millions de paires de chaussures produites chaque année dans le monde, il est crucial de savoir ce que chacune représente en termes d’empreinte carbone : seulement pour chaque paire, les émissions dépassent les 10 kilogrammes en moyenne, selon le projet CO2Shoe.

En élargissant le spectre, l’industrie émet chaque année 250 millions de tonnes de C02. L’étape la plus nocive, et non la seule, est la fabrication des composants pour une industrie qui, en outre, n’est pas étrangère à la délocalisation. Cet élément accroît les facteurs qui entrent en jeu lorsque l’on porte des chaussures durables  et quand on choisit une paire conventionnelle.

La plus grande distance entre les centres de production et les marchés augmentent les émissions à la hausse, dans ce cas, en raison du transport. En outre, l’histoire des nombreuses chaussures exposées dans les vitrines est celle de l’abondance de produits chimiques pour la production.

Avec des réglementations environnementales et du travail aussi permissives, des pays comme la Chine ou l’Inde sont devenus les centres de fabrication par excellence. Le recours à des énergies fossiles pour les processus de production ou l’application de produits toxiques pour coller ou teindre des pièces y est à l’ordre du jour. L’équation peut être faussée, mais pour cela il faut privilégier des marchés de proximité ou les fabricants qui sont transparents avec leurs chaînes de production, une exigence croissante et pour laquelle des initiatives comme celle-ci ont été mises en place.

Mais pour qu’en changeant de chaussures, vous changiez cette dynamique, vous devez en outre adopter des chaussures fabriquées artisanalement et avec des produits naturels, recyclés et recyclables. Dans celles-ci, le collage est remplacé par une couture ; les teintures chimiques par des teintures végétales, et le plastique, par des matières bio. En outre, attention à l’emballage, qui augmente aussi les émissions.

 

Végétarien, ou uniquement pour la nourriture ?

Avec l’industrie conventionnelle des chaussures, non seulement l’environnement et les personnes sont affectés, mais aussi les animaux. Vous êtes végétarien, mais avez-vous porté attention au type de chaussures que vous utilisez ? Si c’est le cas, commencez à regarder les étiquettes, car nombreuses sont les espèces qui n’échappent pas à l’exploitation dans cette industrie, qui participe avec d’autres à l’abattage des animaux.

Le secteur de la chaussure durable et, au sein de celui-ci, les chaussures véganes offrent des alternatives à ceux qui sont prêts à n’utiliser que des chaussures 100 % dépourvues de composants animaux.

À cet égard, El Naturalista dispose d’une ligne de chaussures véganes  qui se caractérise par l’absence de toute trace de composants d’origine animale, que ce soit dans leur doublure et dans leur découpe ou dans le traitement et la finition du produit final.

De vieilles chaussures ? La pollution se poursuit.

Maintenant que vous en savez plus sur les chaussures écologiques, allez-vous remplacer vos vieilles chaussures par d’autres plus écofriendly ? Attention, car leur impact est toujours là. C’est le cas parce que, trop souvent, les chaussures mises de côté finissent à la poubelle et, de là, dans les décharges.

Lors de leur décomposition, qui peut durer deux siècles, ces produits chimiques qui ont été employés pour la fabrication s’infiltreront dans les sols et les eaux et ainsi, une fois les chaussures décomposées, leur empreinte perdurera. Vous ne souhaitez pas à participer à cela ? Ici, vous avez une autre réponse pour savoir pourquoi choisir des chaussures écologiques sans produits chimiques et fabriquées à partir de matériaux naturels et biodégradables.

Chez El Naturalista , nous sommes responsables et nous prenons soin de l’environnement, par le biais de la recherche constante, en créant et en innovant pour obtenir des chaussures de grande qualité et durables. Ainsi, tous nos centres de production développent des initiatives visant à atténuer les effets du changement climatique, et favoriser les économies d’énergie , l’efficacité dans l’utilisation de l’eau et dans toutes les ressources ainsi qu’une bonne gestion des déchets.

Nous avons aussi amélioré l’utilisation des matériaux en nous servant des matières premières les plus naturelles et en réutilisant les excédents.

Si parmi ces arguments vous avez trouvé celui qui vous incite à utiliser ce type de chaussures, privilégier un achat conscient et durable vous aidera aussi. Songez qu’en Espagne, 102 millions de paires de chaussures par an sont vendues. Comment et avec quoi sont-elles produites? Ce sont des questions qui devraient surgir spontanément pour avancer, aussi avec ses pieds, vers une société plus responsable et plus durable.

 

Pour que l’Espagne respecte ses engagements dans la lutte contre le changement climatique, il reste du chemin à parcourir. Atteindre cet objectif est lié aux mesures que les autorités mettront en marche, mais cela va plus loin.

Chacun de nous peut devenir un acteur du changement pour que ce pays soit un endroit plus respectueux de l’environnement, au jour le jour.

Bien que cet objectif puisse sembler très audacieux, chaque participation compte beaucoup, avec des gestes aussi simples que d’arrêter de laisser couler un robinet plus de temps que nécessaire ou ne pas utiliser la voiture pour réaliser un déplacement qui pourrait être réalisé à pied. Aimeriez-vous y mettre du vôtre ?

Apprenez comment le faire avec sept habitudes durables que vous pouvez mettre en œuvre dès aujourd’hui avec conscience, constance et désir de rendre ce monde plus juste et durable.

  1. L’eau, une ressource limitée : Fermez le robinet !

 

Saviez-vous que plus de 660 millions de personnes (la population espagnole multipliée par quatorze) vivent sans accès à l’eau ? Avec cette réalité en tête, il est possible que désormais vous ayez plus de mal à laisser le robinet ouvert tout en lavant la vaisselle ou vous douchant. Pour que vous vous fassiez une idée du changement représenté en fermant le robinet à temps, nous vous l’expliquons avec un exemple :

 

Chaque fois que vous vous lavez les dents, jusqu’à douze litres par minute partent dans les canalisations.

Si pour quelque chose d’aussi fréquent vous choisissiez de remplir un verre d’eau et de vous laver avec cette quantité, en un mois, vous aurez réduit votre consommation autant que pour le brossage de toute une famille pendant des décennies. Imaginez maintenant que vous preniez cette résolution dans d’autres circonstances : en fermant le robinet dans la douche alors que vous vous savonnez ou lavez la vaisselle, en tirant la chasse quand cela est nécessaire… Avec cela, vous économiserez des dizaines de litres d’une ressource aussi limitée.

 

  1. Consommation électrique durable

 

Un bain ou une douche représente une consommation d’eau entre 50 et 300 litres qui se traduit aussi en une énorme dépense énergétique. De fait, la consommation d’électricité pour chauffer l’eau équivaut à celle de 45 téléviseurs allumés.

On estime que 20 % de la consommation électrique en Espagne provient directement des ménages. Par conséquent, ce que chacun fait chez soi ne concerne pas uniquement sa maison. Réduire le temps passé dans la douche est l’une des étapes pouvant contribuer à la réduction de la consommation d’électricité. Mais il y a plus : ouvrir et fermer le réfrigérateur sans rime ni raison est une dépense en plus, comme le fait de laisser les appareils électroménagers en veille ou de ne pas vouloir utiliser des ampoules basse consommation. En abordant ces aspects, il est possible au quotidien de consommer de l’électricité de façon durable.

3. Achetez pour vous alimenter et non pour jeter

Plus de sept millions de tonnes de nourriture finissent à la poubelle chaque année en Espagne. Avec des millions de personnes sans accès aux aliments, ce gaspillage est peu respectueux et indique un manque de prise en compte des ressources utilisées pour que les produits arrivent jusqu’à notre table, et de la pollution qu’engendre la chaîne alimentaire. Éviter que le dernier maillon de cette chaîne soit la poubelle est quelque chose à la portée de tous.

Il suffit que l’achat et la consommation soient responsables. Planifier les menus et profiter des parties des aliments qui sont jetées alors qu’elles pourraient être utilisées pour élaborer des repas, par exemple, la peau des fruits et les tiges, sont de bonnes pratiques que l’on peut adopter dès aujourd’hui.

Plus de quatre tonnes sur dix d’aliments qui sont jetées proviennent des ménages, c’est pourquoi l’utilisation de produits frais, du pain ou des céréales représente une grande avancée face au gaspillage.

 

4. Alimentation kilomètre zéro : un potager maison ?

Si en plus de veiller à la nourriture que vous jetez, vous voulez contribuer à progresser en matière d’autosuffisance alimentaire, vous avez de nombreuses options dans votre environnement immédiat et même, depuis chez vous.

Participer à un potager urbain dans votre quartier ou, pourquoi pas, créer des potagers verticaux à la maison vous aidera à déguster des aliments en toute sérénité comme ils n’auront pas été traités avec des produits chimiques. Vous apporterez votre pierre à l’édifice de la transformation verte de l’agriculture en faveur d’une alimentation kilomètre zéro. Avec ce pari, vous participerez à la réduction de l’empreinte carbone, comme vous n’aurez pas recours à des aliments qui, pour arriver jusqu’à votre table, ont engendré une énorme pollution, par exemple avec leur transport. Vous ne savez pas comment commencer ?

Vous retrouverez ici de nombreuses idées pour créer un potager vertical familial.

Potager urbain. Photo : Lalobiozar

 

5. Ai-je besoin de plus de vêtements ?

 De même qu’au jour le jour, vous pouvez choisir de vous fournir en aliments écodurables, la consommation responsable peut être étendue à d’autres domaines pour que vous continuiez

à contribuer à un mode de vie durable. C’est les soldes et vous allez vous lancer dans l’achat de nouveaux vêtements alors que vos anciens vêtements s’accumulent dans votre armoire ? Si c’est le cas, réfléchir à ce dont vous avez réellement besoin peut faire la différence, car, par exemple, pour produire un jean il faut consommer 10 000 litres d’eau.

Avez-vous toujours envie de renouveler votre garde-robe ? Vous pouvez toujours miser sur des vêtements à la mode et durables.

 

6. Les portables, piles et autres objets polluants

Si vous avez déjà choisi la consommation responsable, vous résisterez plus facilement à l’envie de courir acheter le nouveau modèle de téléphone portable qui vient de sortir, si celui que vous avez en poche fonctionne. Si vous ne pouvez pas vous empêcher de le renouveler, assurez-vous de ne pas laisser votre vieux portable dans un tiroir.

Connaissez-vous quelqu’un qui pourrait en avoir besoin ? Donnez-le-lui. Sinon, recyclez-le à l’endroit adéquat, car parmi ses composants figurent des métaux et d’autres éléments polluants qui doivent être retraités. Vous pouvez suivre cette voie avec d’autres produits qui s’accumulent chez vous, comme les piles usagées, qui sont aussi très polluantes.

7. Plus de vélo et moins de voiture 

Il y a une autre habitude que vous pouvez intégrer à votre routine et qui, en plus d’avoir un impact sur l’environnement, en aura un sur votre santé. Vous utilisez la voiture pour tout ? Pensez-y à deux fois et choisissez le vélo ou une promenade pour aider à combattre la sédentarité et réduire la pollution préoccupante dans les grandes villes.

Ce changement silencieux dans le moyen de transport que vous choisirez pour aller au travail ou pour faire vos achats vous enlèvera de la liste de ceux qui renforcent la pollution et ajoutera votre nom à celle de ceux qui contribuent à améliorer la qualité de l’air. En jeu : La santé de ceux qui le respirent et de la planète même.

Intérioriser ces changements est si facile que vous pouvez commencer dès à présent. Si vous hésitez parce que vous pensez que cela changera peu de choses, quoi que vous fassiez, souvenez-nous qu’une personne se joindra à vous, puis une autre et encore une autre. Et ainsi, c’est une spirale qui peut s’amplifier pour stopper cette autre spirale : celle d’un monde sans eau, avec des températures extrêmes et un air irrespirable et qui, sans changement, finira par être inhabitable